Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
assoumov.overblog.com

Le paysage en peinture et la peinture de paysage

9 Décembre 2013, 11:49am

Publié par Marine Assoumov

Le paysage en peinture et la peinture de paysage

J'aime à peindre des paysages. Des paysages plutôt abstraits, que je nomme "Paysages Intérieurs". C'est l'une de mes séries préférées : je l'ai commencée en 1998, je croyais l'avoir terminée vers 2002, mais j'y reviens encore de temps en temps sans me lasser.

Je ne peins pas sur le motif, mais comme réminiscence d'un paysage entrevu autrefois. Ce qui me plait, c'est la liberté que ce sujet donne au tableau. La peinture pure, pas de psychologie comme pour le portrait, pas d'intérieur confiné comme dans la nature morte ou le nu...

Mais pour la critique d'art "moderne", le paysage est un genre démodé, qui n'est pas contemporain. En effet, c'est un thème simple, qui donne peu de prise à la littérature. De plus, il parait "facile" aux yeux des profanes, exigeant moins de virtuosité que le portrait, par exemple. Ah, la fameuse (et fausse) supériorité du dessin sur la couleur! Déjà, l'art académique établissait une hiérarchie entre les thèmes : en haut la peinture allégorique ou d'histoire, mythologique ou religieuse, tout en bas le paysage, avec ou sans personnages. Comme s'il était plus aisé de peindre des paysages, comme s'il n'y avait pas matière à réflexion, à composition, à couleur...

Pourtant, le paysage s'inscrit au 1er rang dans l'histoire de l'art. Non seulement, il a donné lieu à des chefs d'oeuvre mais il a permis bien des révolutions picturales, de l'impressionnisme à l'abstraction ...

Chez les primitifs, des merveilleux paysages de Patinir, de Breughel l'ancien.

Corot et Boudin, puis Seurat qui croque les usines autour de Paris, les Nabis qui peignent la ville, les fauves qui exaltent la couleur à Collioure ou à Londres.

Les premiers tableaux cubistes? L'Estaque de Braque, un an seulement après sa version fauve. Kandinsky abstractise ses paysages lyriques d'aquarelles en 2011 et Mondrian dépouille son arbre de ses oripeaux figuratifs.

De Stael souffle une impression d'espace à ses belles toiles, même en petit format, et Willem de Kooning peint des chefs d'oeuvre avec ses paysages abstraits.